Juan GRIS

Rimes de la forme et de la couleur

24 juin – 31 octobre 2011

Consacrée à l’œuvre de Juan Gris, cette exposition, qui présente un aspect moins connu de l’œuvre du peintre (de 1916 à 1927), a pour propos de mettre en évidence le rôle particulier, et singulier, qui a été celui de l’artiste dans une esthétique cubiste qu’il a su renouveler en apportant à l’entreprise initiée par ses deux illustres prédécesseurs, Picasso et Braque, une dimension à la fois intellectuelle et constructive.

« Arrivé à Paris à l’automne 1906, Juan Gris, qui a pu obtenir un atelier au Bateau-Lavoir grâce à Picasso, assiste à la naissance du cubisme. Il voit s’élaborer, dans les dernières années de la première décennie du XXe siècle, la première phase du cubisme qui sera par la suite qualifiée d’analytique et dont il va à son tour assimiler les innovations en y apportant sa propre vision. Une vision relevant d’une approche intellectuelle et plastique qui le conduit à une synthèse personnelle et qui lui attribue une place essentielle dans l’élaboration de la seconde phase du cubisme, dite synthétique.

Maison à Beaulieu, 1918

Huile sur toile, 90 x 64 cm

Kröller-Müller Museum, Otterlo

C’est cette seconde phase, qui prend pleinement sa dimension chez Gris pendant les années de la Première guerre mondiale, que retient cette exposition. Après un bref rappel de la période antérieure, elle propose un éclairage du rôle particulier de l’artiste dans l’évolution de l’esthétique cubiste, le langage plastique qui a été le sien, le caractère singulier de sa démarche. Car si Juan Gris enrichit de sa propre personnalité l’expérience de la décomposition analytique du motif, il n’aura de cesse de chercher à atteindre une perfection de l’équilibre entre la référence au réel et une architecture de l’œuvre ayant ses propres lois, son propre langage. La synthèse s’opère chez lui par un dépouillement de plus en plus marqué, par une respiration nouvelle d’un espace souvent fermé chez les peintres cubistes, par un éclatement de la couleur tout à fait atypique dans l’esthétique cubiste, par une sensibilité personnelle qui le conduit à observer la vie intérieure de chacun de ses sujets.

Personnage assis, janvier 1920

Huile sur toile, 93 x 63 cm

Minneapolis Institute of Art, Minneapolis

Verre et journal, 1916

Huile sur toile, 41 x 33 cm

Musée d’Art Moderne de Céret, Céret

Dépôt du Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Ainsi l’intellectualisation qui anime sa démarche, et qui a parfois été qualifiée de « froideur », accorde-t-elle une large place à la sensualité plastique. Ce côté sensible et sensuel qui, je pense, doit exister toujours, je ne lui trouve pas de place dans mes tableaux , écrivait-il en 1915 à son marchand Daniel-Henry Kahnweiler, témoignant très tôt d’une préoccupation qui le fit recourir à maintes reprises à une terminologie poétique lorsqu’il parlait de sa peinture. Dans un de ses textes publié dans L’Esprit Nouveau en 1921, il précisait son désir d’humaniser la peinture et expliquait ses recherches en se référant à Cézanne : Cézanne d’une bouteille fait un cylindre, moi […] d’un cylindre je fais une bouteille, une certaine bouteille. Cézanne va vers l’architecture, moi j’en pars. C’est pourquoi je compose avec des abstractions (couleurs) et j’arrange quand ces couleurs sont devenues des objets. Par exemple, je compose avec un blanc et un noir et j’arrange quand ce blanc est devenu un papier et le noir une ombre ; je veux dire que j’arrange le blanc pour le faire devenir un papier et le noir pour le faire devenir une ombre. Cette peinture est à l’autre ce que la poésie est à la prose.»

Moulin à café et bouteille, 1917

Huile sur panneau, 60,5 x 37,5 cm

Collection particulière, Suisse

Juan Gris en 1922

Photographie Man Ray

L’exposition réunit des œuvres de provenances internationales, qu’il s’agisse de collections publiques ou de collections particulières (Etats-Unis, Espagne, Suisse, Israël, Japon, France…).

Elle est accompagnée d’un catalogue réunissant notamment des essais de plusieurs auteurs spécialistes du peintre et du cubisme (Ithzak Goldberg, Patrick-Gilles Persin) ainsi que de Maïthé Vallès-Bled, directrice du Musée Paul Valéry et commissaire de l’exposition.

Les Journées Paul Valéry
10e édition
Sète

25-26-27 septembre 2020

Valéry
Poésie perdue, poésie retrouvée
Sous le haut-patronage de l’Académie française avec le partenariat des éditions FATA MORGANA
Consacrée à la poésie de Paul Valéry, cette 10e édition des Journées propose une redécouverte du poète dont l’œuvre passe souvent derrière la haute stature du penseur.

Les deux chefs-d’œuvre incontestables que sont La Jeune Parque, publiée en 1917, et Le Cimetière marin, dont nous célébrons le centenaire, sont loués avant tout pour leur perfection formelle. Associant le penseur et le « classique », la figure de Valéry correspond encore à la caricature du « poète de l’intellect », froid raisonneur qui s’efforce d’exercer son esprit à connaître « ce que peut un homme », dans le domaine de l’art comme dans les autres. Or l’écriture poétique chez Valéry, comme d’ailleurs sa réception, est toute traversée d’intermittences, fluctuations où la poésie se perd pour réapparaître comme une résurgence.

Paul Valéry et les Peintres

Courbet - Manet - Morisot - Degas - Monet - Renoir - Matisse - Picasso ...

25 septembre 2020 – 25 avril 2021

Une importante exposition organisée à l’occasion du 50e anniversaire du Musée Paul Valéry, dans le bâtiment qu’il occupe aujourd’hui. Le 26 novembre 1970, le Musée municipal de Sète quittait en effet le pavillon central du collège Victor Hugo, qu’il occupait depuis sa création en 1891 au centre-ville, pour ouvrir les portes de son nouveau bâtiment sur le flanc du Mont Saint-Clair, sur une terrasse dominant le Cimetière marin, et prendre le nom de Musée Paul Valéry.

L’exposition que présente aujourd’hui notre Musée peut être qualifiée d’inédite. La relation de Valéry aux peintres et à la peinture est un champ encore peu exploré. Elle est éclairée ici selon un parcours ciblant les relations du poète et philosophe avec les peintres au travers de son cercle familial, au travers de son cercle amical proche ou de celui des artistes qu’il a fréquentés ou côtoyés, au travers enfin de ceux dont il a retenu les œuvres durant ses visites dans des musées.

Plus de quatre-vingts œuvres, issues des collections de nombreux musées français

(Musée d’Orsay, Musée National d’Art Moderne, musées des Beaux-Arts de Grenoble, Reims, Rouen ou encore Pont-Aven, Musée Fabre de Montpellier, Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, Musée départemental Stéphane Mallarmé…), de collections particulières internationales et des collections du Musée Paul Valéry, sont réunies pour proposer un regard large et nouveau sur les relations, qui, durant toute sa vie, ont uni Paul Valéry (1871-1945) à la peinture.

Bonnard, Courbet, Corot, Degas, Delacroix, Maurice Denis, Manet, Matisse, Monet, Berthe

Morisot, Gustave Moreau, Picasso, Redon, Renoir, Vuillard, Whistler, Zurbarán... figurent notamment parmi les peintres exposés. Chefs-d’œuvre auxquels s’ajoutent, dans la dernière partie de l’exposition, des peintures et des dessins de Paul Valéry qui, de son enfance à Sète jusqu’à la fin de sa vie, n’a cessé, avec modestie et discrétion, de peindre et de dessiner.

Retour au musée avec TOPOLINO

Depuis le 30 mai 2020, date de la réouverture du Musée après le premier confinement, l’artiste sétois Topolino a accompagné le retour des visiteurs à travers de nombreux dessins et aquarelles saisis sur  le vif dans les salles, ainsi que lors des différentes manifestations proposées au public.

Durant la deuxième fermeture des musées intervenue le 30 octobre, Topolino a continué de  représenter les actions proposées au public lors de rendez-vous vidéo quotidiens diffusés sur la  chaîne YouTube du Musée, telles que Regard sur une œuvre,  ou Regards en écho, qui a accueilli  plusieurs artistes invités à livrer leur propre regard sur une œuvre choisie par eux dans les collections, ou bien encore pour une Nuit des Musées autrement ... qui a réuni sur YouTube poètes, comédiens et  musiciens autour des collections.

L’œuvre collective réalisée par les visiteurs lors de la réouverture du Musée après le premier  confinement est présentée dans l’exposition. Sur une esquisse murale grand format de Topolino,  nombreux ont été ceux qui, de mai à septembre, ont exprimé avec des mots ou un dessin leur  ressenti pendant le confinement et lors de leur retour au Musée.

Topolino travaille sur le vif principalement à l’encre et à l’aquarelle, sans dessin préparatoire ni  repentir. Depuis le mois de mai, rien n’a échappé à son regard dans lequel se reflète toute l’activité du Musée au quotidien. Près de 80 aquarelles réalisées durant cette période ont été ici réunies..